Quand la Guyane accueille des Nivernais…

Guyane2

Un voyage qui a nécessité un an de préparation et qui a été possible grâce au partenariat avec Marie-Line COTONEA, directrice du Lycée Cécile CHEVIET à Saint-Laurent du Maroni et de son équipe pédagogique, François BERRO, enseignant en histoire-géographie et Education socio-culturelle, Hélène BRAS, professeur d’aménagement, et Nestor WAMINIE, en volontariat de service civique. Pour partir les élèves ont fait appel à des subventions et ont multiplié les projets : vente de sapins de Noël, chantiers pour des communes, vente de pains au chocolat, tombolas, séances de cinéma et nettoyage de vitres. Ils ont été épaulés par leurs enseignants et tout particulièrement Sylvain BOULAY, directeur adjoint au LHRP.

Un voyage avant tout pédagogique

C’est avant tout pour collaborer aux aménagements du lycée Cécile CHEVIET récemment construit et où beaucoup d’installations restent à mettre en place que les élèves de la filière AP sont partis. Aux côtés des élèves de CAP agricole « Agriculture des régions chaudes », avec lesquels ils ont tout de suite sympathisés, les élèves ont, coachés par leur professeur de Travaux Paysagers, Christophe MORLOT et Hélène BRAS, construit un carbet, une hutte sans mur, pour se protéger du soleil. Pendant qu‘un groupe s’attelait à la structure en bois, un autre groupe est parti en pirogue vers la forêt rechercher des feuilles de palmes pour la confection du toit. C’est avec l’aide d’Amérindiens qui ne parlaient que taki-taki qu’ils ont appris à tresser les palmes wassaï pour qu’elles forment un toit étanche. Avec Nestor WAMINIE ils ont également contribué à la création d’un réservoir d’eau indispensable pour l’irrigation des cultures de banane, vanille, manioc… produites par les élèves de CAPagricole. Pour financer leur hébergement sur place ils ont pris part à des travaux de peinture et ont réalisé un massif sur l’avenue principale avec l’aide d’un pépiniériste et d’agents municipaux. Une expérience inoubliable pour les élèves. Au-delà de l’entraide ce sont des liens d’amitié qui se sont liés. « Créer du lien social  était aussi un but du voyage » assure Sylvain BOULAY.

Une immersion totale

Vivant au rythme et dans les conditions de vie guyanaise, les élèves et leurs accompagnateurs, Valérie MILLOT et Christophe MORLOT, enseignants de technique paysagère, ainsi que Sylvain BOULAY ont goûté aux joies de dormir dans des hamacs sous des carbets, de manger local, des bananes braisées, du nassi, du bahami (des plats à base de riz ou de sortes de nouilles avec du poulet caramélisé) et du roti (une galette de pommes de terre au poulet et curry), de parcourir la forêt guyanaise à la découverte de sa faune et de sa végétation luxuriante. A travers des visites des Iles du Salut, des Marais de Yiyi, du Jardin botanique ou de l’Herbier de Guyane ils ont pu compléter leurs acquis en reconnaissance des végétaux avec la découverte des espèces tropicales et ont ainsi mieux appréhendé l’adaptation de la végétation à son milieu naturel. Habitués à réaliser des herbiers dans le cadre de leur formation les élèves ont découvert, avec Sophie Gonzalez, responsable de l’Herbier de Guyane, une technique un peu particulière de ramassage d’échantillons de feuilles d’arbres. C’est au tir à la carabine que les Guyanais prélèvent leurs échantillons.

L’émerveillement n’a pas non plus quitté les élèves lors de leurs différentes rencontres en forêt, au zoo ou musée des insectes avec la faune locale : papillons aux mille couleurs, cigales au chant strident et continu, amphibiens comme les pipas, une espèce emblématique de l’Amérique du Sud, arachnides, tortues, caïmans, oiseaux, comme le papayou, un oiseau sentinelle charismatique des forêts guyanaises…

Autre temps fort qui a marqué les élèves, la visite avec François BERRO du bagne de Saint-Laurent du Maroni où a été incarcéré Papillon. Ils ont pu voir sa cellule !

Les randonnées diurnes ou nocturnes sur les sentiers de pistes à la quête des sons et des animaux  de la forêt, le marché Hmong, le shopping à Cayenne et la pluie torrentielle qui s’est abattue durant deux jours ont aussi agrémenté le voyage de beaux souvenirs.

Les élèves sont conscients d’avoir vécu une expérience formidable, leurs accompagnateurs aussi !

Guyane3

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *